PENCHEZ-VOUS PLUS VERS LA PHYSIQUE MODERNE OU LA PHYSIQUE NÉOCLASSIQUE ?

La physique néoclassique est une nouvelle théorie qui essaie de réconcilier la physique théorique avec la pensée classique et le sens commun, en opposition à la physique théorique moderne qui est de plus en plus « surréaliste ». Question de voir vos affinités profondes avec la physique moderne ou la physique néoclassique, je vous invite à répondre aux dix très courtes questions suivantes. Vous pourrez, à la fin du texte, répondre à nouveau à ces questions dans le cadre d’un petit quiz qui vous dira si vous êtes plus porté vers la physique moderne ou vers la physique néoclassique. Voici les questions accompagnées d’un texte explicatif :

1 : Croyez-vous que l’on puisse physiquement reculer dans le temps ? Les diagrammes de Feynman rendent compte de mouvements de particules dont certaines se déplacent à rebours dans le temps ! Certains auteurs de physique théorique parlent aussi carrément de voyage d’humains à rebours dans le temps ! La physique néoclassique considère ces voyages à rebours dans le temps comme de la science-fiction, quand bien même ils ne dureraient qu’une fraction de seconde comme on le suppose des mouvements des particules des diagrammes de Feynman.

2 : Croyez-vous qu’un corps physique puisse ne pas être situé à un endroit précis du simple fait qu’on ne l’a pas encore observé ? Selon l’interprétation de Copenhague de la physique quantique, tant qu’on n’a pas observé un électron dans une expérience où cet électron passe à travers un réseau de deux fentes rapprochées, il se répartit en une myriade d’électrons fantômes sans avoir vraiment de position précise, ces fantômes pouvant passer par les deux fentes en même temps et interférer entre eux ! La physique néoclassique ne reconnaît pas la réalité de ces « états superposés » comme on les appelle, et interprète l’expérience des deux fentes sur une base beaucoup plus terre à terre, à partir d’une onde pilote (différente de celles de De Broglie et de Bohm).

3: Croyez-vous que l’on puisse inverser la relation de cause à effet ? Si on essai d’appliquer la relativité de la simultanéité au concept de corrélation quantique, qui suppose une action instantanée à distance entre deux événements dont l’un est la cause de l’autre, non seulement l’action ne peut être instantanée dans tous les systèmes de référence, ce qui pose déjà un problème au concept de corrélation quantique, celle-ci étant en principe instantanée, mais en plus, dans certains systèmes de référence, la relation de cause à effet pourrait être inversée ! La physique néoclassique considère que cette incompatibilité viscérale entre la relativité et la physique quantique en invalide au moins une des deux (voir sous l’onglet « Articles » de ce site : Une incompatibilité bien gênante entre les deux piliers de la physique moderne).

4 : Croyez-vous qu’une onde transversale (comme les vibrations d’une corde de guitare) puisse se passer d’un support physique ? Les orbites quantiques dont Bohr a doté l’atome en 1912 et auxquelles Schrödinger a plus tard associé une onde pour les expliquer, qui vibrerait de façon transversale tout le long de l’orbite, n’ont rien à quoi s’accrocher, comme autrefois les épicycles des orbites du système géocentrique de Ptolémée, n’étant pas dus à un équilibre de force, au point où l’on peut se demander comment ces orbites quantiques peuvent se constituer ! Ils ne sont donc pas reconnus par la physique néoclassique qui explique différemment le spectre des éléments. Par exemple, le spectre de l’hydrogène est expliqué par des sauts entre les différents états vibratoires harmoniques de l’unique électron périphérique de l’hydrogène, états vibratoires qui s’accrochent au corps de l’électron, donnant aux ondes de ces états vibratoires un support physique à quoi s’accrocher (voir sous l’onglet « Articles » de ce site : Deux théories du spectre de l’hydrogène).

5 : Croyez-vous que le simple mouvement d’un électron puisse dupliquer instantanément l’Univers en des milliards de copies ? Selon la théorie des univers multiples d’Everett, à chaque fois qu’un électron traverse un réseau de deux fentes rapprochées, l’Univers se multiplie en autant de copies qu’il y a de possibilité de points d’impact de l’électron sur l’écran capteur placé derrière les deux fentes, ce qui représente presque une infinité de positions ! Selon la physique néoclassique, la théorie d’Everett est l’exemple parfait du véritable délire où peut mener, de raisonnement en raisonnement, l’incompréhension d’un phénomène.

6 : Croyez-vous qu’il puisse y avoir dix dimensions d’espace physique ? C’est de cette façon que la théorie des cordes, qui compte généralement dix dimensions d’espaces, prétend résoudre l’incompatibilité profonde entre les gravitons, qui sont les particules de liaisons quantiques qui transmettent la force gravitationnelle en se déplaçant dans un espace grosso modo euclidien, et les courbures espace-temps de la relativité générale qui expliquent la gravitation d’une tout autre façon ! La physique néoclassique s’accommode très bien de trois dimensions d’espace, et explique la gravitation de façon différente de la relativité et de la physique quantique, sans essayer de réconcilier ces deux inconciliables en tombant dans le « surréalisme ».

7 : Croyez-vous qu’un événement quelconque puisse avoir un effet instantané dans une autre galaxie ? La corrélation quantique suppose que la traversée d’un filtre polariseur par un photon polarise instantanément un autre photon qui serait intriqué avec lui, quand bien même les deux photons seraient dans deux galaxies différentes ! La physique néoclassique considère que la corrélation quantique est une pure invention des physiciens du XXe siècle, et propose un nouveau protocole pour vérifier cette « action surnaturelle à distance » comme l’appelait Einstein qui n’y a jamais cru (voir sous l’onglet « Articles » de ce site : Une nouvelle expérience pour vérifier la corrélation quantique).

8 : Croyez-vous qu’un champ de force puisse avoir d’autant plus d’effet sur les objets de son entourage que ces objets sont plus loin de sa source ? C’est ainsi que les galaxies agiraient les unes sur les autres selon le concept d’énergie sombre, les galaxies se repoussant d’autant plus qu’elles sont loin les unes des autres ! La physique néoclassique considère que cette façon de défier la notion de localité du sens commun est une aberration, et explique autrement les énigmes de l’expansion de l’Univers.

9 : Croyez-vous qu’à partir d’un barème étalon initial, avec cent fois plus de carburant vous pourrez produire dix mille fois plus d’énergie ? Le carburant d’une fusée qui accélère dans l’espace se transforme grosso modo en vitesse, mais si on fait le calcul de son énergie cinétique à partir de la formule « Ec = ½ mv2 » ou de toute autre formule qui inclurait une vitesse au carré, avec dix fois plus de carburant par rapport à une quantité étalon, on obtient cent fois plus d’énergie cinétique ! Avec 100 fois plus de carburant, on obtient 10 000 fois plus d’énergie cinétique, ce qui défie la notion de proportionnalité du sens commun ! La physique néoclassique considère que l’énergie cinétique est proportionnelle à la quantité de mouvement dont la formule « mv » ne contient pas une vitesse au carré, mais simplement une vitesse.

10 : Croyez-vous aux mécanismes de mouvement perpétuel ? Selon les théories classique et moderne, le mouvement des planètes est un mouvement perpétuel qui ne demande aucune force d’entretien ! La physique néoclassique considère qu’il y a une résistance au mouvement, même dans l’espace, et qu’il y a donc un mécanisme d’entretien qui explique la pérennité du mouvement des planètes, mais aussi la couleur des anneaux de Saturne et la configuration du système solaire.

La physique néoclassique essaie de réconcilier la physique théorique avec le sens commun, contrairement à la physique moderne qui ne cesse de creuser, depuis le début du XXe siècle, le filon du « surréalisme », comme on peut le constater avec les conceptions de la physique moderne décrites ci-dessus qui pourraient toutes être qualifiées de « surréalistes » ! Est-ce que le surréalisme est la solution aux nombreux problèmes d’incohérence de la physique théorique ? C’est une question qui mérite sûrement l’attention, et à laquelle la physique néoclassique répond par la négative. Le surréalisme de la physique théorique moderne apporte plus de problèmes que de solutions, et un retour au sens commun semble être le meilleur moyen pour contrer la fuite en avant dans l’imaginaire à laquelle on assiste présentement.
Pour la physique néoclassique, ce retour au sens commun est un pari, presque un acte de foi ! Le livre « La Physique néoclassique : une nouvelle approche de la physique » explore de nouvelles pistes de réflexion découlant de ce retour au sens commun, qui pourraient entre autres inspirer des étudiants à la recherche d’un sujet de thèse. À vous de voir, à partir du petit quiz ci-dessous, si vos affinités vous portent plus vers la physique moderne ou la physique néoclassique !

 

En vente en ligne en France et au Canada

Consulter le sommaire du livre

En savoir plus sur le livre

Débat
(voir la section des commentaires)